Back to the list of news

Le Bäckeoffe, son histoire, sa recette

L'équipe du blog Diana-HR - May 22, 2018

Je vais vous raconter l'histoire d'un plat typique de chez nous, moins connu que la choucroute, mais tout aussi succulent. C'est le Bäckeoffe [bèke-ofe], pensez à bien prononcer les 2 « e », ça fera plus local ! 

Le Bäckeoffe, son histoire, sa recette

Dans le Haut-Rhin on l'écrit « Bäckaofa » et peut aussi s'écrire « Baeckeoffe ». Malgré toutes ces façons de l'écrire, le plat reste le même ! Ce mot signifie « four du boulanger ». Mais pourquoi du boulanger ? Tout simplement parce qu'à une époque lointaine, voire au temps de naguère ou jadis, les boulangers étaient rares car les paysans faisait cuire leur pain, une fois tous les quinze jours environ. Ils en profitaient également pour préparer leur flammeküeche (tarte flambée). Le Bäckeoffe était donc un plat que seules les personnes aisées ou riches pouvaient avoir le luxe de manger car il se compose de 3 viandes différentes, le bœuf, le porc et l'agneau.

Selon les légendes, le Bäckeoffe était préparé le samedi par la maitresse de maison qui laissait mariner la viande dans du vin blanc, puis le dimanche, avant de partir pour l'église, elle ramenait la terrine chez le boulanger afin qu'il cuise pendant la cérémonie qui pouvait durer jusqu'à 3 heures à cette époque.

Une autre légende raconte qu'il était préparé le lundi, jour de lessive en Alsace et chômé par les boulangers (droit local en Alsace/Lorraine datant de 1870 lors de l´annexion par les Allemands). La ménagère déposait sa terrine chez le boulanger avant de faire sa lessive au lavoir ou à la rivière voisine et le récupérait lorsque sa tâche était terminée.

Le Baeckeoffe est un plat inspiré du Hamin, plat hébraïque du Shabbat. En effet, à cause de l'interdiction spirituelle pour les juifs d'utiliser le feu du vendredi soir au samedi soir, les juifs préparaient un plat à base de viandes et pommes de terre, qu'ils déposaient le vendredi avant le début du Shabbat chez le boulanger non juif, qui gardait le plat dans son four toute la nuit jusqu'au lendemain midi, où ils venaient chercher le plat après la prière de la Synagogue.

Il s'avère que ce plat est délicieux et que les différentes recettes de base et méthodes furent essayées avec enthousiasme par les non juifs, qui ensuite devint le plat le plus traditionnel après la choucroute.

Les trois viandes utilisées représentaient les traditions religieuses en Alsace, le bœuf pour les catholiques, le porc pour les protestants et l'agneau pour la religion juive, très présente en Alsace.

Voilà pour le côté historique de ce plat populaire. Voilà maintenant qu'arrive le moment pratique et, si tout se passe bien, vous terminerez par le moment le plus exaltant qui est la dégustation !
Et comme on dit chez nous : A'GUETER !